•  In the town of Colmar, there’s a bus company,

    Which drivers are granted total impunity.

    They disregard cyclists and feel legitimate

    To run them over and leave them inanimate.

     

    Public prosecutors and judges all alike

    Constantly back them up. Should you ride on your bike

    Right on the cycle track, you trigger their anger,

    And if you persevere, then you’re in real danger.

     

     Cursed be the recklessness and the arrogant cheek

    Of those haughty maniacs who deny the weak

    And the vulnerable a fair share of the place.

     

    May they be ostracized and sent to the gutter !

    Let them be pointed at, boycotted for ever,

    Those bully killers that go by the name of T.R.A.C.E.

     

    Traces


    votre commentaire
  • M’en allant promener sur les bords de la Fecht,

    Je vis gracile bouteille sur ses ondes flotter.

    Dedans était un poème qu’aussitôt m’en vais-je te

    Faire lire, toi qui les sonnets tant sais apprécier.

     

    (Cela disait :)

     Tцeӗrt ! Ǽnɸ ħooï Glooϣshting, ҧijngzøħnj all ᵲцwåħɰ sɮǝ Gwӕrj,

    Ĥwǣnn est ᵽɸooïng åg Ɓralᶑoɯӡist ӫԑn Ƚaϣhʁʯsx kiicz Blwӕrj !!!.....

    Ӿjooïsӄ, Ӎlϣjwoork obw Ҙxhårwhjing åg mӑɮhtin’t Ҥåwwe дѝзжhoɸ ɮiffle,

    Ĥӭӭst’x fjwuürlɠh !... Ǩlaïssing жarøƄ ilt obw Griffle.

     

    Ƥflooüschж åg Fjølm, strӕvn ӫԑn de puuhrple Xwøhnnstragh ;

    Mÿÿn ɸloåasp, na ӫԑn Ɓralᶑoɯʒisʎ abv søhhl d’Rwaħagh

    Ĥwǣnn est anv stǣɲʃ, åg Pfwiinʠ pʃɘɘrdtɦ Σøjhmfɛlj… !

     Ψuuɛhn mør åg Żeuuƌ’s mijd ӫԑn Vesprej plij Ȼzjaŷhɛlj.

     

    Ɏaarfg ohlownɠ åg abv jwømsth, puuhrple Støӭhnf ɸɯerroelx,

    Vaззrt Σdoɦb benɮ ȹaa obw andt Ĥɥɥsz tɛɛɏɲt, voostr Vwuostroelx,

    Thzeenȼʃ Ȓhooïƞ åg Zsmixxbuhsk paahrɛɥyjsx de Ĥåvgloü…

     

    Ψestv ilt den Ǩhjaøfring, iij Σɮooïɦx køm spåce ooüt Smwåhlzwoü !

    Żxoesk wooün’hɦ Jwooïnt gwǣnsk Ghɛɥrtft dess Straomn’st.

    Wahԑnst ! Wjoø åg myyr Qeele brjɯɰall Pflace ʃwaomn’st !...

     

     Qu’est-ce que ça voulait dire ? Qu’est-ce que ça signifiait ?

    Les mots étaient étranges, certaines lettres inconnues,

    Pourtant les vers rimaient et c’était un sonnet

    Malgré son rythme rude et ses sons saugrenus.

     

    Ami, point ne t’étonne de ces strophes atypiques,

    Fussent-elles même écrites en alsacien ancien 

    Tel qu’on le rédigeait en caractères antiques

    Du temps où de l’espace vinrent les Proto-germains.

     

     UFF 2012

     


    votre commentaire
  •  Tel est mon creux amour qui ne craint pas les chocs,

    Il a tant de défenses, de canines et de crocs.

    La sordide tanière qui fait rêver les ours

    Est à jamais perdue, loin au-delà des tours !...

     

    Dans l’âtre des ténèbres se confondent ses feux

    Qui font voir trente étoiles, enfin avec le flux…

    Quand reverrai-je, hélas, ce saint déferlement

    Qui vient tourbillonnant quand les autres s’endorment.

     

    Néanmoins, et sans plans, courant jusqu’à la mer,

    Il faut, sans défaillir, renoncer à douter.

    Que la lune soit levée ! Que le soleil soit bas !

    Et que frotte ma bosse, je contourne le sas !...

     

     UFF 2007

     


    votre commentaire
  • PIE THEM!

    I accuse publicly the judges of this land
    Of sheer malevolence and petty prejudice
    Toward those who are tried and who before them stand:
    They strip them off their civic rights to fair justice
    And haughtily deny them a just chance to speak.
    These magistrates' indignity, no-one can tell,
    While, with partiality , they still oppress the weak.
    Why don't we pie them down until they rot in hell?

    In the court of appeal of Colmar, Upper Rhine,
    I know two of them louts: they're called Schmelck and Eichler;
    I report against them and demand they resign
    For blatant injustice and abuse of power.
    Their reek of maccarthysm and pétainism
    Is the most loathesome stench that one can ever smell.
    May shame fall on them for their negationism!
    Why don't we pie them down until they rot in hell?

    Let them be discredited and forever cursed,
    These black-robed evil-doing foul-souled men of law,
    Who meanly inflict wounds that can never be nursed
    To the vulnerable and leave them in the raw.
    Let's throw shaving-foam pies at them, and turd-tarts too.
    Let them be spat upon, and peed upon as well;
    That is all they deserve, and that's what we will do.
    Why don't we pie them down until they rot in hell?

    When they are ridiculed and no longer trusted,
    With their robes dripping shit, they'll go hide in their shell
    And we'll be so happy to have got them busted.
    Why don't we pie them down until they rot in hell?

    Pie Them

     

     

     


    votre commentaire
  • J’habite à Stosswihr, et pour acheter mon pain,

    Je descends à Munster, mon panier à la main;

    Si je croise des gens de Soultzeren au marché,

    Je leur lance un salut plein de complicité:

    « Ah ! Nous, les habitants de la Petite Vallée !... »

     

    Si d’aventure à Colmar mes affaires m’amènent

    Et que j’y rencontre une jolie Wihr-au-valienne,

    Sans timidité je l’invite à prendre un verre,

    Et lui dis, sans complexe et sans faire de manières :

    « Ah ! Nous autres, qui venons d’la Vallée de Munster !... »

     

    Quand je vais à Strasbourg, cette ville que j’aime,

     Souvent accompagné de mon pote d’Ensisheim,

    Nous sommes fiers tous les deux de venir d’un peu loin

    Et chantons, soit en français, soit en alsacien :

    « Ah ! Nous, les Alsaciens du Sud, ceux du Haut-Rhin !... »

     

    En visite à Paris, sur le pont de l’Alma,

    Il n’est pas rare de voir des dames de Sélestat ;

    Alors moi, je les hèle et leur rends toute grâce,

     Je m’exclame, m’ébaudis et leur dis avec classe :

     « Ah ! Nous les habitants du beau pays d’Alsace !... »

     

    A Varsovie un jour, au bord de la Vistule,

     Par pur hasard je croise un Limousin de Tulle ;

     Nous nous félicitons d’avoir eu tant de chance

    Et nous jurons soutien, entraide et assistance :

     « Ah ! », disons-nous, « Nous venons tous les deux de France ! »

     

    En voyage à Londres, sur la place de Trafalgar,

     Arrivent quelquefois des gens de Gibraltar;

     Je les aborde sans crainte et leur dis gentiment,

     Sans qu’ils ne s’en offusquent, et sans ressentiment :

     « Ah ! Nous autres qui habitons sur le Continent !... »

     

    A Pyongyang, en Corée, tous les hôtels débordent

     Car de l’Ouest sans cesse, les touristes déferlent en hordes :

    Ecossais, Ukrainiens, Islandais, Italiens.

    Je les accueille en frères et je leur tends la main :

    « Ah ! », leur dis-je en joie, « Nous autres, les Européens !... »

     

     En camion sur les routes de la Patagonie,

     Je prends en stop un couple venant de Mongolie.

     Ils avaient tant marché depuis Oulan-Bator

     Que je leur propose de les conduire jusqu’au port :

     « Ah ! C’est l’entraide, entre gens de l’Hémisphère Nord !... »

     

    En vacances sur Saturne, au camping de l’Anneau,

    J’ai pour voisins de tente un Peul et un Aïno.

    Nous passons nos soirées à regarder en l’air,

    Et regrettons parfois le bon temps de naguère :

    « Ah ! », soupirons-nous, « Nous, de la planète Terre !... »

     

    Sur la plus proche des planètes d’Alpha du Centaure,

     Dans la mégalopole bâtie sur son pôle Nord,

     Un anthropoïde, au fond d’un bouge, cuve sa bière.

    A sa peau verte, je sais qu’il est de Jupiter :

     « Ah ! », lui murmuré-je, « Nous autres du Système Solaire !... »

     

    Faisant un tour dans la galaxie d’Andromède,

    Si loin de mes amis, qui me viendra en aide ?

    Là, vit une famille exilée de Persée ;

    Je me rapproche d’eux et leur dis, tout troublé :

     « Ah ! Nous autres originaires de la Voie Lactée !... »

          

    UFF - 2011 

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique